-
Le 25 May 2020 à 09:42 | mise à jour le 26 May 2020 à 08:36

La success story de Powerslide

La success story de Powerslide

De la petite affaire itinérante créée à l'âge de 18 ans à l'une des marques de roller les plus connues du monde. Quel chemin parcouru par Matthias Knoll et son associé avec Powerslide ! La firme a fêté ses 25 ans en 2020. Retour sur une success story à l'allemande...

Mis en ligne par  Alexandre CHARTIER

Article du 6 décembre 2012 mis à jour le 25 décembre 2020

" C'est l'équipe qui compte "

1994 : le commencement de l'aventure Powerslide

Tout a commencé en 1994 pour Powerslide

Alors que les Championnats du Monde de roller course allaient débuter en France à Gujan-mestras, Matthias Knoll, l'un des fondateurs de Powerslide, a dû faire un choix : continuer sa carrière sportive ou développer son business. Fraîchement diplômé de l'université, il prit la décision renoncer au plus haut niveau et de développer sa marque...

1995 : de Roll Knoll à Powerslide

Powerslide lança son premier catalogue. Les premiers mois furent calme... jusqu'à l'arrivée de l'été où la demande explosa. Le chiffre d'affaires atteignit les 4 millions de Mark (2 millions d'Euros) en une année. Matthias et Stefan durent embaucher pour répondre aux attentes du marché.

Bonjour Matthias, nous avons cru comprendre que le projet Powerslide était né quand vous étiez étudiant ?

Oui, c'est vrai, en fait Powerslide a débuté à travers une petite société qui s'appelait alors "Roll-Knoll" [NDLR : Knoll est le nom de famille de Matthias]. Je l'ai lancée à lâge de 18 ans. Mon père est mort cette année-là et ma mère n'avait pas d'argent pour financer ma pratique sportive et mes déplacements. Donc, après avoir terminé mon cursus scolaire, j'ai commencé cette petite boutique end vendant du matériel de patinage de vitesse lors des courses auxquelles je participais. A cette époque, je vendais des roues Hyper, YD, Bont, Roller House, Boen, Belotti. C'était en 1988. Fin 1994, j'ai fini par vendre dans toute l'Europe.

Tu as donc lancé ton affaire en vendant des produits d'autres marques ?

Senate, l'une des premières marques distribuée par Matthias Knoll

Oui. Au début, Powerslide était juste une société de distribution, qui traitait principalement avec des marques américaines, principalement dans le roller agressif des sociétés reconnues comme Senate, 976, Boneless, Pro-Tec... Ce segment du marché était alors en plein essor. Mais nous avons toujours travaillé avec des marques de patinage de vitesse également...

A quelle époque est né Powerslide ?

Fin 1994, c'est là que nous avons lancé Powerslide. J'a mis fin à Roll-Knoll pour lancer Powerslide avec mon associé Stefan.

D'où vient le nom Powerslide ?

Nous avons choisi ce nom pour deux raisons :

  • La première : nous voulions clairement faire la relation entre le nom de la société et le roller. Le Powerslide est une manoeuvre de freinage, nous l'avons mise en avant à travers de notre premier logo.
  • L'autre raison est que nous voulions également exprimer cette poussée vers l'avant, être agressifs, jeunes et dynamiques. En cela, le mot "Power" convenait parfaitement.

Comment t'es venue cette idée ?

Avec les magasins que j'ai eu, j'avais une bonne connaissance du marché du roller et je savais qu'il était sur le point d'exploser, Les Etats-Unis étaient déjà en plein essor. Mes contacts américains comme hyper et d'autres me disaient que ça allait encore grossir.

C'est à ce moment là que j'ai eu une offre pour travailler pour Hyper en Europe, mais j'ai décidé de lancer ma propre société de distribution. Tom Peterson, le propriétaire de la technologie Hyper nous a vraiment soutenus, il nous a donnés des marques en distribution, il est un peu devenu notre grand maître, notre professeur.

Nous travaillons toujours avec un grand nombre des personnes que nous avons rencontré à cette période. John McFadden, le responsable des ventes Hyper aux USA, est maintenant directeur des ventes pour Powerslide aux Etats-UNis.

Tony de Trine (Senate, 976, etc) gère désormais AEND, le fournisseur de Matter, avec son partenaire Neal Piper qui était le chimiste derrière le succès de Hyper déjà en 1994. Ainsi, beaucoup de ces gens-là nous ont aidés et soutenus depuis le début. C'était l'âge d'or du patinage. 

Qui sont les fondateurs à l'origine du projet ?

Exemples de artworks Powerslide

Moi (Matthias Knoll) et mon associé Stefan Göhl, qui est le frère de mon meilleur ami d'école. Nous nous connaissons depuis longtemps.

Comment avez-vous trouvé les fonds pour lancer Powerslide ?

Pour lancer "Roll-Knoll" en 1988, j'avais un peu d'argent de côté et ma mère m'a fait un prêt de 2500 Euros (5000 Deutsch Mark de l'époque), que j'ai remboursés la même année. J'ai eu la chance que l'Allemagne de l'Est s'ouvre. J'ai fourni de nouveaux produits à tous les clubs là-bas. Tous les patineurs ont changé de rollers en ligne. Cela a contribué à faire de très bonnes ventes. Fin 1994, j'avais fait environ 300.000 Euros de chiffre d'affaires tout seul.

Pour lancer Powerslide nous avons obtenu des prêts de deux banques, je crois environ 250.000 Euros de plus. Nous avions fait un beau business plan et nous avons pu montrer que l'on pouvait vendre, grâce aux bilans de mon ancienne société.

En 1996, nous avons créé une filiale nommée "Disroyal" pour distribuer des marques comme Medium Pawn, Hardline, Realm et d'autres.

A quelle époque et pourquoi avez vous acquis d'autres marques ? (On pense notamment à The Conference)?

Initialement, nous étions distributeurs de produits en Allemagne, en Autriche et en Suisse. En 1997 et 1998, le marché s'est effondré, en particulier pour le roller agressif. Ainsi, la plupart des marques que nous distribuions à l'époque ont connu un énorme creux ou ont fermé leurs portes. Donc, nous avons également été en difficulté avec un marché beaucoup plus petit, pas de marque à vendre, beaucoup de vieux stock... nous avons passé des moments vraiment durs. Nous nous avons beaucoup appris depuis cette période. Nous étions en mode survie. Nous avons donc changé de stratégie et commencé à créer nos propres produits, de plus en plus, pour pouvoir vendre.

Oui, il y a eu USD en 1997...

Nous avons lancé USD, notre marque première d'envergure mondiale. Nous avons travaillé avec Arlo Eisenberg qui a été l'un des premiers riders d'USD et qui a participé au design. Ensuite, Shane Coburn a pris le relais. Nous avons unifié Senate et 50/50 sous l'égide d'USD. Nous avons recruté les meilleurs riders pour constituer une équipe et amené de nouveaux patins sur le marché, avec des pièces interchangeables. Cela a marqué le début de la personnalisation/customisation en patinage agressif.

...Et même Hypno ou encore Mission en 1998 ?

Oui, en 1998, nous avons travaillé sur de nouvelles marques tout en essayant de garder un oeil créatif. Avec Hypno Skates, nous avons distribué le premier "blade-n-walk" moderne. Hypno appartient à MGM Company.

La même année, nous avons également débuté la distribution des rollers de hockey Mission, créés par la famille Naegele, les anciens propriétaires de Rollerblade.

En 1999, la marque Féline dédiée aux femmes a vu le jour...

La marque Féline a été distribuée par PowerslideOui, Feline était notre premier pas en direction du marché féminin. A l'époque, la plupart des modèles étaient unisexe. Pourtant, la morphologie des pieds des femmes est sensiblement différente de celle des homes. Ils sont plus étroits, avec des chevilles plus larges que celles des hommes.

La scène mondiale s'est diversifiée. Feline était une marque originaire de Taïwan, designée en Autriche par Hansen et Heinz (devenu Pascher) et distribuée par Powerslide. L'idée était excellente, les patins étaient conçus avec les femmes à l'esprit. Le marketing était très bon également. Feline proposait des patins uniques et tendance. Malheureusement, le timing n'a pas été le bon et la marque a disparu.

En 2000, c'est le lancement de Kizer

En effet, Kizer Hardgoods a été notre première marque à proposer le système UFS. La marque USD connaissait un succès croissant et nous avons continué de développer de plus en plus d'accessoires avec le slogan :

"We keep the World rolling."

 

2002 a été un grand tournant pour vous, avec ce qui fait l'essence de la marque aujourd'hui : le roller course

Nous avons été longtemps distributeurs des marques Bont, Ultimate et Verducci. Nous en sommes arrivés à la conclusion que nous pouvions améliorer les produits et soutenir le marché de la vitesse. C'est pourquoi nous avons développé notre première gamme de roller course, en rupture avec les traditions de l'époque.

La révolution débuta avec le R2, le premier patin "PIC" (à coque plastique injectée). Ce fut le premier patin à base plastique à remporter une médaille sur un Championnat du Monde. C'est également en 2002 que nous avons lancé le premier frein pour les rollers de marathon, ainsi que le premier patin de vitesse réglable pour enfant.

Etape après étape, nous avons fabriqué des équipements de protection, des roulements, des roues, etc.

En 2003, la marque de roues Matter voit le jour...

Chad Hedrick rejoint l'équipe Powerslide en 2005Matter est une marque originaire des Etats-Unis. A l'occasion des Championnats du Monde au Venezuela, Kalon Dobbin (NZL), remporte l'or sur 300 m avec ces roues. C'était un grand risque qui s'est avéré payant. Cela a signé le début d'une progression impressionnante, une véritable tempête sur le marché de la vitesse, jusqu'à devenir numéro un mondial.

2004 marque la fin de Salomon dont vous récupérez un brevet

Oui, nous avons racheté les patins Xsjado de Salomon.

2005 : votre équipe de roller course accueille une légende du patinage !

Le plus grand patineur de l'histoire ! La légende vivante Chad Hedrick (USA). Il intègre l'équipe Powerslide avec pas moins de 52 titres de champion du Monde. Avec Chad dans l'équipe, nous avons continué d'innover : le premier système de serrage BOA pour roller en ligne, le premier patin deux en un avec cuff détachable ou encore les platines magnésium 5x90 mm.

Nous avons également lancé notre division "Nordic Skate" avec des modèles tout-terrain qui permettent de pratiquer par tous les temps et en toute saison.

2006 : arrivent la licence hotweels et d'autres...

Hotwheels a été notre première licence. Nous sommes entrés sur un nouveau marché. Bientôt ont suivi Mattel, Disney, Hasbo et Marvel.

Avec la marque Choke, nous avons commencé à concevoir des trottinettes.

Legalize my 110 mm par Powerslide

En parallèle, nous lançons le concept "Skeleton-C" : une coque carbone ventilée, ainsi que des platines claps pour la vitesse et le Nordic Skating.

Nous travaillons beaucoup et nous avons pour ambition d'être présents et de croître sur chaque segment du marché.

2007, c'est le lancement de la campagne en faveur des roues de 110 mm

Une grande année. La scène roller course se souviendra des combinaisons roller course de bagnards portées par l'équipe de la marque pour la campagne "Legalize 110mm".

2007 marque aussi la transition du roller à la glace pour Chad Hedrick. Cela nous encourage à créer des patins à glace de vitesse haut de gamme.

Enfin, nous lançons également le Hardcore 110, le premier modèle freeskate au monde équipe d'une coque carbone, inspirée des modèles de roller course. Avec les chaussures Sifika, Powerslide met aussi un pied sur le marché des sneakers qui explosait à l'époque.

2008 : la gamme Phuzion

Il ne s'agissait pas simplement d'une énième collection de roller de fitness. Les modèles "Phuzion" ont été conçus pour la performance et le style. Cette technlogie était inédite avec le montage X-slot (platine across, coque along), des cuffs ajustables en hauteur, le serrrage BOA, le système frein réglable en hauteur HABS. 2008 est aussi l'année durant laquelle nous avons commencé à travailler sur le design Triskate et les 10 ans d'USD.

2009 : "We love to skate"

Collection Greenline de PowerslideNous changeons de slogan pour exprimer notre passion pour les sports de roller.

Avec le design Greenline, Powerslide s'engage dans la voir des patins durables avec des platines en bambou et des matériaux recyclés.

PS investit également beaucoup d'énergie dans le secteur de l'agressif avec la marque Deshi et en développant Xsjado, la marque de Salomon.

2010 : l'arrivée des Triskates

Ce terme n'existait pas auparavant. Il a été présenté pour la première fois sur un modèle de randonnée, le Phuzion 7 Open Air. Ce fut le début de la vague des trois roues jusqu'à l'avènement du 3x125 mm en 2015.

2011 : place aux jeunes !

Nous avons particulièrement mis l'accent sur le développement des patins enfants plus performants. Il s'agissait de modèles d'un seul tenant réglable en taille, avec des pièces qui se superposaient pour un meilleur confort. C'est la naissance de la gamme Playlife : le design Powerslide à un tarif abordable.

2012 : la gamme Virus

En 2012, nous avons mis sur le marché la gamme "Vi" [NDLR : initialement nommée "Virus" et aujourd'hui simplement nommée "V"].

Les modèles proposaient une construction de coque asymétrique et anatomique avec un serrage à 360° par disque ATOP. Les chaussons étaient thermoformables. Cela ne se limitait pas aux modèles fitness, le concept était étendu au freeskate et au tout terrain avec le premier modèle SUV.

Powerslide Virus 100 2012

En parallèle, USD a lancé le premier modèle de roller street équipé d'une coque carbone.

2013 : Doop

Coupe de cheveux Doop SkatesAvec les gammes Doop initiées en 2013, Powerslide propose des modèles de patins urbains dans lesquels il est possible d'utiliser ses propres baskets. 2013 voit également l'émergence du Powerblading à Barcelone, un mouvement combinant le freeskate et le roller agressif. Les riders utilisent des patins de street équipés de roues d'un plus grand diamètre (80 voire 90 à 100 mm au lieu des habituels 50 à 60 mm).

La marque Ennui voir le jour. Elle est spécialisée dans les équipements de protection haut de gamme pour toutes les pratiques du roller, le skateboard et la trottinette. 

2013 : Chaya et l'entrée dans le roller derby

PS lance sa marque entièrement consacrée au roller derby : Chaya, résolument tournée vers des modèles haut de gamme, avec quelques caractéristiques techniques tels que les trucks à cliquets.

C'est aussi le lancement des chaussons MyFit, des modèles thermoformables.

2015 : le 125 mm et les roues lumineuses

Le lancement du 125 mm eu un retentissement important sur le marché, en particulier dans le milieu de la vitesse où l'on s'inquiétait de cette course au diamètre. C'est avec cette configuration que Bart Swings fait tomber le record du marathon de Berlin en 56min48sec.

2015 est également l'année du lancement des roues lumineuses Fothon. Elles sont équipées de LEDs et proposent une grande variété de couleurs pour les sessions nocturnes.

2016 : Swell, USD Aeon, Trinity...

2015 fut une année riche de nombreuses innovations avec la naissance de la gamme Swell, la légèreté des patins USD Aeon, les gammes urbaines Undercover ou les roulements Wicked. Mais la plus grosse innovation de Powerslide resta sans conteste le lancement du concept Trinity, un système de fixation des platines aux coques par 3 points. Il se décline désormais dans la plupart des gammes de la marque.

Concept Trinity de Powerslide

2017 : la gamme Next et la marque Reign

Les patins Triskates ont passé le test des compétitions internationales dans la plupart des disciplines. Powerslide a lancé les patins de street et de freeride Next avec une platine Trinity montée sur une coque rigide. L'ensemble des pièces est interchangeable.

La marque Reign a marqué une diversification pour Powerslide qui s'est lancé dans le roller hockey avec des modèles marquant une rupture avec les choix techniques des marques traditionnelles : des modèles à troies roues de grand diamètre.

Présentation de la marque Reign roller hockey

2018 : des SUV en 150 mm

Powerslide a équipé ses rollers tout-terrain de roues pneumatiques de 150 mm !

La marque allemande a continué sa digitalisation en lançant son premier e-catalogue interactif.

2019 : Graphix wheels

Les roues Graphix apportent une touche d'originalité aux roues lumineuses traditionnelles. Le noyau de la roue accueille un dispositif lumineux capable de créer des formes géométriques et des lettres quand les roues tournent.

Pour en savoir plus sur Powerslide : interview avec Matthias Knoll

La qualité de vos produits s'est beaucoup améliorée depuis vos débuts...

Oui, cela a été et est notre principal objectif. Quand nous nous sommes lancés dans la production, nous avons pris conscience que ce n'est pas facile de contrôler la qualité des produits, en particulier en Asie. Donc, étape par étape, nous avons :

  • investi pour améliorer la qualité de nos produits.
  • ajouté quelques personnes pour faire du contrôle de qualité en Chine (ils sont trois à l'heure actuelle).
  • investi dans l'outil de production
  • embauché des 7 graphistes maison
  • nous sélectionnons attentivement nos fournisseurs
  • nous avons finalement lancé notre propre usine début 2012.

Nous avons fait pas mal d'investissements comme vous pouvez le constater. Nous avons également mis en place un process de contrôle de qualité en interne mais il y a toujours une marge de progrès, en particulier dans ces périodes difficiles où les entreprises d'Asie essaie d'économiser de l'argent sur les matériaux, etc. Donc, c'est un processus continu sur lequel nous devons nous concentrer.

De plus, nous sommes une entreprise qui essaie vraiment d'innover, l'innovation coûte de l'argent et du temps. Elle provoque parfois certains problèmes de qualité, mais nous avons constaté que sur le marché du roller l'innovation manque, nous devons pousser les produits plus avant, pour patiner plus vite, mieux, dans de meilleures conditions et montrer au marché que l'innovation peut entraîner une marque. Pour l'instant cela fonctionne bien pour Powerslide.

Vous avez donc votre propre usine ?

Un des premiers patins de vitesse de la marqueOui, avec tous les changement en Chine et l'impossibilité de contrôler à 100% la qualité, nous avons ouvert une petite unité de production qui fait travailler 25 personnes en 2012, donc c'est plutôt récent mais ça marche plutôt bien. Nous améliorons nos délais de livraison, notre qualité et nous avons un plus grand contrôle sur la chaîne de production. On va voir comment ça évolue...

Vous êtes-vous parti de rien et maintenant vous êtes l'unes des marques les plus réputées du monde... Comment expliquez-vous cela?

Eh bien, je pense que c'est lié à beaucoup de choses, avoir été un patineur de vitesse vous donne soif de victoire, vous vous efforcez d'être le meilleur dans ce que vous faites. Donc, nous essayons constamment de nous améliorer, d'innover et de travailler sur la qualité. Nous ne sommes pas parfaits, mais nous apprenons de nos erreurs et nous avançons pas à pas pour améliorer notre production, la logistique, la conception des produits, etc.

Notre principal atout est notre équipe, nous avons une équipe qui aime le roller, beaucoup de patineurs actifs dans notre bureau avec beaucoup de connaissances et une passion débordante qui ne peut être égalée. A côté de cette passion, nous recevons aussi aussi beaucoup de commentaires et suggestions, de tests de nos équipes dans tous les segments qui nous aident à perfectionner nos produits.
Nos patineurs sponsorisés nous aident également beaucoup pour pousser notre société vers l'avant.
C'est l'équipe qui compte.

Combien de personnes travaillent actuellement pour Powerslide ?

Autre artworks PowerslideEn ce moment, nous avons 35 personnes au siège. Il faut également ajouter nos représentants sur le terrain, mais la plupart du temps, ce sont des indépendants.

En ce moment, nous déménageons vers de nouveaux locaux pour gagner de l'espace. Nous allons en profiter pour organiser quelques événements. En juin prochain, nous avons prévu un événement FSK et Powerblade en parallèle de la Coupe d'Europe de vitesse dans notre ville.

Quel est le chiffre d'affaire annuel de Powerslide ?

Ces dernières années, nous avons réalisé un chiffre d'affaire de 15 à 16 millions d'Euros.

Quels sont vos projets pour le futur ?

En 2012, nous avons lancé la marqué "Doop", mais aussi une nouvelle marque de protections appelée "Ennui" pour les sports extrêmes. Nous allons nous concentrer sur ces deux points en 2013 et voir comment entrer sur le marché du roller derby que ce soit au niveau des roues, mais aussi des chaussures et des platines.

Merci Matthias d'avoir répondu à nos questions !
Autre artworks Powerslide

Matthias Knoll et Scott Arlidge aux 24H du Mans 2012 pour Powerslide

Liens utiles

Entretien avec Felix Rijhnen, Allemagne (équipe Powerslide Matter World)

Interview : Ewen Fernandez (Powerslide Matter)

Interview de Bart Swings, leader de la formation Powerslide Matter World

Entretien avec Michael Cheek (Powerslide/Matter USA)

Rencontre avec Katharina Rumpus (Allemagne)

Texte : Alfathor
Photos : Powerslide
Mis en ligne  le 25 May 2020 - Lu 23424 fois

Mis en ligne par :
Fondateur et webmaster de rollerenligne.com. Alexandre est un passionné de roller en général et sous tous ses aspects : histoire, économie, sociologie, évolution technologique... Ne le branchez pas sur ces sujets sans avoir une aspirine à portée de main !

Site web Google+ facebook Twitter


Envie de nous rejoindre ? Contactez-nous !

PUB